Bahamas: croisière plongées sur le "Bahamas Agressor"...

Dans ce sujet, vous pouvez écrire sur un compte-rendu de votre dernière plongée ou voyage plongée...
Avatar du membre
Orangina38
Nouveau
Nouveau
Messages : 97
Enregistré le : 23 août 2015, 17:27
Marque et modèle d'appareil : Sony RX100 MK1

Bahamas: croisière plongées sur le "Bahamas Agressor"...

Message non lupar Orangina38 » 24 janv. 2017, 13:05

Ce CR fait suite à la première partie de plongée à Stuart Cove's ICI.

Les transferts:
De notre hôtel (Orange Hill) jusqu'au centre ville pour rejoindre la marina et le bateau, le trajet en taxi nous a coûté 40$ avec nos gros sacs de plongée.

Le bateau:
Le "Bahamas Agressor" (de l'agressor fleet) est un bateau en acier de dimensions relativement modestes donc plutôt facile à manoeuvrer. Un équipage de 5 personnes accueille une douzaine de plongeurs. Cela en fait un navire agréable à vivre et pas une "usine à plongeurs". Il ne se veut pas d'un luxe extrême mais climatisation, ventilateur, TV, lavabo, douche et WC font partie de toutes les chambres. Un grand écran TV et un Mac trônent dans le carré. Un générateur produit du courant (110v, prises US) 24/24. L'équipage a toujours été à nos petits soins, anticipant même nos besoins. La plate forme d'équipement est vaste et permet à tous les plongeurs de s'équiper avec confort. Le nitrox 32 est proposé à bord pour un tarif raisonnable (100$/semaine).


La nourriture:
Un barbecue est présent sur le pont supérieur mais les mauvaises conditions atmosphériques nous ont empêchés d'en profiter. Les repas sont pris dans le carré. Ils sont en libre service le midi et servis à l'assiette le soir. Tous les régimes ou toutes les allergies peuvent trouver une solution. La nourriture a plutôt été "aux normes US". Entendez par-là qu'elle n'a pas été d'un raffinement extrême (tacos, hamburgers, manque de sauce d'accompagnement ou d'épices, etc…) mais qu'elle pourrait caler la faim d'un régiment de GI's affamés! En tout cas, je pense que personne n'a perdu du poids pendant la croisière. Par contre, il n'y a pas eu de desserts cuisinés à chaque fois (dommage…), il fallait se rabattre sur les fruits qui étaient en libre service (ce qui n'est déjà toutefois pas si mal).
Toutes les boissons sont à volonté et à dispo y compris les bières locales. Pour les repas du soir, il y a en plus du vin rouge ou blanc (toutefois c'est écrit en clair dans les consignes de sécurité: un plongeur qui boit de l'alcool devient immédiatement un snorckeler!).
Pour conclure: dans l'absolu c'était bon et suffisant mais loin des prestations de certains bateaux comme ceux de la flotte Mermaid par ex. (toujours notre référence actuelle) où l'on y trouve systématiquement 2 plats différents (viande et poisson), des desserts à tous les repas, des gâteaux cuisinés quotidiennement, etc…


L'organisation des plongées:
Sauf cas particulier, elles sont au nombre de 5 (incluant une plongée de nuit après le souper). Ce qui, évidemment, fait commencer les journées très tôt (comme souvent en croisière plongée). Après briefing du site, c'est simple: départ puis retour au bateau depuis la plage arrière (le navire ayant été préalablement amarré sur un des nombreux mouillages fixes présents). Immersion en "buddy system" avec retour à 50 bars mini. Il n'y a aucune limite de durée, ni de profondeur (si ce n'est, bien sûr, vos prérogatives ou les limites de la PPO2 pour ceux qui sont au nitrox). Un bout de 6m lesté de chaîne et accompagné d'un détendeur permettront aux plus maladroits de finir correctement leurs paliers. Les blocs sont communément des 12L alu. Un guide s'immerge à chaque fois, libre à vous de le suivre ou non. Nous avons apprécié cette totale autonomie de mouvement (ce qui n'est pas toujours le cas quand on part du côté des States). Finalement, il nous est arrivé de remonter avec moins que les 50bars demandés mais personne n'est jamais venu le vérifier. Il est juste demandé d'énoncer ses paramètres une fois de retour sur le bateau (uniquement afin de pointer et ainsi éviter d'oublier des plongeurs dans l'eau).

La qualité des plongées:
La température a tourné aux alentours de 24°c et la visi est toujours restée au dessus des 20m (plus souvent 30m) même si parfois un peu laiteuse.
Autant le dire tout de suite, nous savions que les Bahamas ne sont pas une destination très cotée pour la plongée. Nous n'avons donc pas été très surpris de découvrir des murs entiers sans aucune vie. Ce qui est bien triste. A noter toutefois que des conditions atmosphériques particulièrement défavorables nous ont cantonnés à rester dans la zone d'Eleuthéra qui semble nettement moins riche que les Exhumas (où nous n'avons pu faire que la dernière plongée, malheureusement). Aucun poisson clown, de rares murènes, des bancs de poissons d'une dizaine d'individus maxi, même les rascasses volantes se font rares! C'est pour dire…
Ceci dit, parfois on peut tomber sur quelques bonnes surprises (1 requin gris qui se promène, des raies assez nombreuses, 2 palanquées ont même vu un requin marteau "perdu" dans 12m d'eau!). Mais les surprises sont plutôt rares et ce n'est pourtant pas faute d'être aller tenter les dénicher à 40m…
Ceci nous amène a un autre point: un jour, lors d'un briefing, le capitaine nous annonce qu'il n'est pas rare de voir des requins sur le site. Nous nous mettons à l'eau et très rapidement, nous nous retrouvons entourés d'une douzaine de "Gris", qui nous suivent et qui sont visiblement en attente de quelque chose. La plongée se termine avec quelques clichés sympas.
Après notre remontée, nous faisons part au capitaine de notre étonnement car cela nous rappelle étrangement le "sharks adventure" de Stuart Cove's (voir CR ICI). D'autant qu'au fond nous avons remarqué un "joli bout de récif" dénué de toute vie mais totalement plat (idéal pour une plate-forme de "show"!).
Il nous alors avoué que d'autres bateaux pratiquent le feeding sur ce lieu mais qu'eux s'y refusent. Il est par contre prévu à la 2e plongée, d'immerger une "caisse à trous" contenant du "chum" (un savant mélange attirant les requins sans les nourrir) suspendue à l'avant du bateau. S'en est suivie une immersion durant laquelle nous avons pu approcher les squales (ou plutôt l'inverse d'ailleurs) de très, très près. Ce, sans qu'aucun intervenant humain n'interfère dans leur comportement. Images et clichés sensationnels garantis! D'autant que nos collègues plongeurs Américains n'étaient guère hardis avec nos amis à mâchoires (un relent des "dents de la mer" visiblement...). Du coup, nous nous sommes retrouvés seulement à 4 au beau milieu du groupe de requins pendant près d'1H! Croyez-moi, dans ces conditions, les minutes passent vite…
Ceci dit, je doute que les "Gris" resteraient bien longtemps sur ce site s'ils n'y trouvaient pas un intérêt régulier. Il y a donc une certaine hypocrisie à profiter de cette situation tout en ne la cautionnant pas. Car il faut bien l'avouer, ces 2 plongées sont celles que tout le monde aura retenu: elles ont été le clou de la semaine!
Bref, il n'est pas toujours simple de vouloir combiner business, satisfaction du client et protection de l'environnement…

En conclusion:
25 à 35nds de vent, une mer démontée pendant la traversée, un ciel gris et nuageux sans soleil pendant toute la semaine, un vent omniprésent n'ont pas été des conditions optimales pour la plongée (la première journée a même été annulée). L'équipage nous a avoué que le mauvais temps durait depuis près de 3 mois. Comme quoi, même aux Bahamas…
Les fonds ne sont pas hyper fournis et pour tous ceux qui sont habitués à des destinations plus exotiques (mais certes plus lointaines), les fonds paraîtront particulièrement fades. Reste les "plongées shark feeding"… une curiosité "locale"…
J'ai déjà abordé ce point dans mon compte-rendu sur la première partie de notre séjour aux Bahamas: le shark feeding est très répandu partout dans les Bahamas. Il rapporte beaucoup d'argent aux structures locales mais d'un autre côté, les requins ne sont plus pêchés (voire décimés, car ils étaient éliminés à la carabine il y a encore peu) dans cette région. Alors compte-tenu de ce dont l'être humain est capable, vaut-il mieux un requin nourri mais en bonne santé pour de nombreuses années ou bien dépecé en morceaux? A vous de juger...
De mon côté, j'ai peur que dans très peu de temps, ils ne soient plus présents que dans les aquariums. Salaud d'être humain… :x

A1200.JPG
A1200.JPG (82.54 Kio) Vu 858 fois


A1208.JPG
A1208.JPG (34.01 Kio) Vu 858 fois


A1234.JPG
A1234.JPG (46.51 Kio) Vu 858 fois


A1238.JPG
A1238.JPG (89.5 Kio) Vu 858 fois


A1268.JPG
A1268.JPG (117.41 Kio) Vu 858 fois




A1286.JPG
A1286.JPG (31.12 Kio) Vu 858 fois


A1288.JPG
A1288.JPG (33.56 Kio) Vu 858 fois


A1292.JPG
A1292.JPG (32.57 Kio) Vu 858 fois


A1300.JPG
A1300.JPG (34.42 Kio) Vu 858 fois


A1302.JPG
A1302.JPG (23.73 Kio) Vu 858 fois


A1304.JPG
A1304.JPG (24.72 Kio) Vu 858 fois


A1320.JPG
A1320.JPG (88.42 Kio) Vu 858 fois


A1324.JPG
A1324.JPG (107 Kio) Vu 858 fois


A1328.JPG
A1328.JPG (23.62 Kio) Vu 858 fois


A1336.JPG
A1336.JPG (77.42 Kio) Vu 858 fois
Ni art, ni concours, juste de la photo de congés payés... :wink:

Retourner vers « Compte-rendu de plongée, de voyage »