Pablo Escobar et les Apicomplexés, du macro au micro.

Avatar du membre
marcopolo
animateur (édito)
animateur (édito)
Messages : 2514
Enregistré le : 15 sept. 2014, 14:37
Marque et modèle d'appareil : EM1 mark2/G7X
Localisation : Léman
Contact :

Pablo Escobar et les Apicomplexés, du macro au micro.

Message non lu par marcopolo »

Pablo Escobar et les Apicomplexés, du macro au micro.

On compte parmi les Apicomplexés les organismes les plus mortels au monde comme Plasmodium (agent du paludisme) et Toxoplasma (agent de la toxoplasmose). Les coraux de récifs sont une symbiose entre un animal cnidaire et des microalgues, les zooxanthelles. En 2019 on a trouvé des apicomplexes chez 80% des coraux. Les Apicomplexes sont les cousins des zooxanthelles mais n'ont pas de chloroplastes, ils ont de la chlorophylle mais ne font pas de photosynthèse, ils ne peuvent donc pas nourrir les coraux. Leur présence est un mystère. On se demande si les coraux ne seraient pas une sorte de HLM vivant (un holobionte) où une multitude d'habitants coopèreraient pour leur survie commune.
Je sens que j'en ai perdu quelques uns...La suite est plus avenante. En décembre 1993 les autorités colombiennes prennent possession de la hacienda Napoles le domaine de Pablo Escobar, le chef du cartel de Medellin. Entre 1982 et 1984 Escobar achète 4 hippopotames à un zoo de Californie. Ils se plaisent, se multiplient, s'évadent. Certains ont pu atteindre le rio Magdalena à 15 kilomètres. Le dernier recensement fait état de 80 individus, certains à 200 km de l'hacienda. Si rien n'est fait, ce qui est déjà la plus grande population d'hippo hors d'Afrique pourrait atteindre selon les scénarios, entre 800 et 5000 individus en 2050. Plus ça va, plus leur élimination ou leur retrait coûte cher et personne ne semble prêt à intervenir. Les écologistes craignent des consèquences négatives sur des espèces menacées comme la loutre géante et le lamantin, d'autres font remarquer qu'à la fin du Pléistocène existaient des mégaherbivores semi-aquatiques dont l'hippo pourrait prendre la place. Nul ne peut dire quel sera son effet global sur les écosystèmes locaux. Comme pour les Apicomplexés, on n'en sait rien.


Répondre

Retourner vers « Histoires d'eau »