« C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap... »

Avatar du membre
marcopolo
animateur (édito)
animateur (édito)
Réactions : 20
Messages : 2831
Enregistré le : 15 sept. 2014, 14:37
Marque et modèle d'appareil : EM1 mark2/G7X
Localisation : Léman
Contact :

« C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap... »

Message non lu par marcopolo »

« Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie ».

On devrait plonger plus souvent avec les narvals.
Le narval (Monodon monoceros) est un cétacé ; comme il a des dents il a été placé dans le sous-ordre des Odontocètes, et, dans la famille des Monodontidés, il se retrouve en compagnie du béluga.
Ce qui le distingue des autres cétacés c'est cette dent extraordinaire qui, chez le mâle, peut faire de 2 à 2,7 mètres (de 7 à 10 kilos). Le narval n'a qu'une paire de dents sur la mâchoire supérieure (incisives, canines ? les experts divergent) ; chez la femelle ces dents restent petites, chez le mâle la gauche s'allonge pour former une défense rectiligne ornée de sillons qui s'enroulent de la droite vers la gauche. Une fois sur 500 les deux poussent. Cette dent-défense est assez flexible : une dent de 2,4m de long peut se courber sur une longueur de 30cm dans n'importe quelle direction sans se briser.
Les narvals se nourrissent de morues, de flétans...qu'ils aspirent et avalent entièrement ; ils n'ont pas besoin de mâcher, les dents sont donc inutiles.
Depuis 500 ans cette dent est un mystère. A quoi sert-elle ?
C'est une arme : on en a trouvé de nombreuses extrémités plantées dans les chaires d'autres individus. Mais, le narval étant grégaire, cet appendice est encombrant : au sein des troupeaux de plusieurs dizaines d'individus la dent de celui qui suit repose sur le dos de celui qui précède. Chacun semble prendre soin de ne pas embrocher ses voisins.
C'est un organe sensoriel. Le microscope électronique a révélé que la couche superficielle de cément est très poreuse et la pulpe centrale est connectée à l'exterieur par des millions de pores et le nerf dentaire est directement connecté au cerveau. Il s'agirait d'un capteur des conditions hydrodynamiques (température, pression, salinité...) déterminant la formation de la glace, qui, elle même, conditionne la migration des cétacés. Cette dent permettrait aussi aux mâles de trouver les femelles en oestrus en détectant leurs hormones spécifiques dans l'eau.
Sert-elle dans l'émission et la réception des sons ? On n'en sait encore rien.
Un outil de pêche ? Récemment des cétologues ont filmé des narvals frappant et assommant leurs proies avant de les consommer ; les poissons-scies, espadons et marlins font la même chose, mais on ne l'avait encore jamais signalé chez le narval.
Pourquoi seuls les mâles disposent-ils d'un tel organe sensoriel ? Les narvals sont des animaux sociaux, ils s'entraident. Les femelles ayant un rôle important dans l'éducation des jeunes laisseraient aux mâles le soin d'analyser l'environnement pour le bien du groupe ; ce serait l'explication de ce dimorphisme sexuel.

D'après « Le narval, un cétacé à la dent énigmatique » de JP Sylvestre, Espèces N°30, 2018.
1
1 Image


Avatar du membre
zebulon
accro
accro
Réactions : 7
Messages : 2077
Enregistré le : 16 janv. 2014, 14:02
Marque et modèle d'appareil : Nikon Z50 /Olympus TG-6
Localisation : Strasbourg
Contact :

« C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap... »

Message non lu par zebulon »

Super intéressant :feu: , voir cela en plongée doit être extraordinaire.
0
Visitez mes albums sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/lionelhoude/albums/


leopold anasthase
fan
fan
Réactions : 25
Messages : 1571
Enregistré le : 12 janv. 2014, 14:35
Marque et modèle d'appareil : Canon G7X
Localisation : Ici

« C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap... »

Message non lu par leopold anasthase »

Je suis fan de ces chroniques ;-)
0
Non mais à l'eau quoi


Répondre

Retourner vers « Histoires d'eau »